Leurs guerres, nos mortEs ici comme ailleurs! Leur unité nationale, notre unité populaire!

Après les attentats à Beyrouth et contre les kurdes en Turquie, plus de 100 morts à Paris, c’est le pire massacre dans la capitale depuis celui du 17 octobre 1961 lors d’une manifestation d’Algériens pour l’indépendance, assassinés par la police française. Les terroristes de Daech ont tiré à l’aveugle, à l’occasion d’un match de foot, sur des terrasses de café, dans un concert… Ces crimes horribles suscitent l’effroi, la peur et la stupéfaction. Certains d’entre nous pleurent des collègues, des amis, morts ou blessés, nous sommes choqués. C’est toute la population de Paris et de sa région qui était visée. Ce sont des attentats fascistes contre le peuple, porteurs d’une idéologie de mort et de domination par la terreur.

Le rejet est unanime face à la tuerie aveugle, tout le monde veut serrer les rangs contre Daech. Qu’on ne s’y trompe pas: l’unité affichée contre les criminels n’est pas le signe d’un ralliement derrière Hollande ou d’un quelconque camp réactionnaire. C’est l’expression spontanée d’une solidarité démocratique et antifasciste de base, positive, humaniste. Une aspiration légitime qu’il faut faire grandir comme une vraie résistance populaire, en ne laissant pas la bourgeoisie l’enfermer dans le drapeau de «l’union nationale».

C’est la guerre entend-on partout autour de nous. C’est vrai. Mais cette guerre n’est pas la nôtre, nous n’en sommes que les victimes. Sans oublier ceux qui sont en première ligne, l’ensemble des peuples du Moyen-Orient et d’Afrique. Les terroristes de Daech sont les fruits des interventions impérialistes depuis des dizaines d’années, la Russie, les USA, la France et les pays européens en Afghanistan, en Irak, en Afrique, en Syrie ou ailleurs… Les premiers responsables de ce carnage, ce sont nos gouvernements! Nous dénonçons les alliances françaises et européennes avec la Turquie et l’Arabie Saoudite qui sont les soutiens de Daech. Nous exigeons l’arrêt de toutes les interventions, le retrait des troupes françaises, la fermeture des bases militaires!

Le gouvernement annonce l’état d’urgence, la fermeture des frontières, de nouvelles lois et mesures répressives, c’est la surenchère avec Sarkozy et Le Pen… Après les massacres de Charlie Hebdo et de l’Hyper-Cacher, après les tueries de Mohammed Merah, après des dizaines d’autres lois similaires, ils n’ont pourtant pas pu empêcher ce nouveau massacre. Mais ce dont on peut être sûrs, c’est que ces lois serviront contre les migrants, contre nos camarades travailleurs sans-papiers, contre tous les militants syndicaux, associatifs, écologistes…

Le gouvernement mène sa guerre, nous pleurons nos morts ici comme ailleurs. La peur est présente partout, sourde et lancinante. Mais il ne faut pas se résoudre à laisser notre sécurité dans les mains de nos exploiteurs et gouvernants. On veut nous faire croire que nous sommes impuissants, nous ne le sommes pas.

Dans la guerre contre Daech, notre soutien va au camp progressiste comme les combattants kurdes à Kobané et ailleurs. Nous devons faire vivre la solidarité avec tous ces réfugiés qui arrivent chassés par le chaos.

Dans nos quartiers, c’est la solidarité et le soutien, organiser le rejet de tous ceux qui nous entraînent au désastre et veulent nous diviser. Partout, c’est notre guerre que nous devons mener avec courage, la guerre de classe, celle des sans-papiers pour leurs droits, celle des travailleurs d’Air France ou d’ailleurs contre les licenciements et l’exploitation, celle de la solidarité avec les migrants, la guerre de tous les prolétaires contre les gouvernements impérialistes…

Contre Hollande, la réaction et l’union nationale: unité populaire!

Régularisation sans condition de tous les sans-papiers, liberté de circulation!

Retrait des organisations progressistes et révolutionnaires de la liste des organisations terroristes!

Arrêt de toutes les interventions impérialistes à l’étranger, retrait des troupes!

Le 15 novembre 2015