Participer aux élections, c’est légitimer le pouvoir bourgeois!

Environ 3 000 personnes ont participé à la manifestation qui avait été convoquée ce dimanche à Montréal pour inciter la population québécoise à aller voter le 14 octobre afin de «barrer la route» aux conservateurs de Stephen Harper. Parmi elles, on notait bien sûr la présence de plusieurs politiciens bourgeois dont le député libéral Pablo […]

Environ 3 000 personnes ont participé à la manifestation qui avait été convoquée ce dimanche à Montréal pour inciter la population québécoise à aller voter le 14 octobre afin de «barrer la route» aux conservateurs de Stephen Harper. Parmi elles, on notait bien sûr la présence de plusieurs politiciens bourgeois dont le député libéral Pablo Rodriguez et le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, qui a quitté précipitamment la grand-messe que son parti tenait à Saint-Hyacinthe afin de pouvoir s’y montrer la face. Il y avait aussi ces faux «communistes» et «marxistes-léninistes» qui participent eux aussi au cirque électoral dont le trotskiste Joe Young, qui portait pour l’occasion sa plus laide cravate en essayant tant bien que mal d’avoir l’air d’un «vrai politicien» bourgeois.

Dès que l’annonce de cette manifestation – qui se voulait objectivement en appui au Bloc québécois – a été connue, le Parti communiste révolutionnaire a annoncé qu’il n’y participerait pas (voir Le Drapeau rouge-express du 21 septembre, www.cmaq.net/node/30977). Cela, notamment parce qu’elle reposait sur l’idée fausse qu’il y aurait une différence qualitative entre les conservateurs et les autres partis qui se proposent de gérer l’État bourgeois canadien.

Du point de vue des organisations populaires, dont certaines ont souhaité y participer afin de préparer les luttes futures contre les attaques de la bourgeoisie (symbolisées par Harper), la participation à ce rassemblement s’avérait, de fait, contraire à cet objectif. En soutenant le processus électoral et en appelant leurs membres, ainsi que les masses de manière générale à aller voter, ces organisations – du moins celles qui ne sont pas intégrées ou soumises à l’appareil d’État – allaient plutôt se tirer dans le pied.

À une semaine du scrutin, l’on sait de manière à peu près certaine que les conservateurs vont l’emporter. En jouant le jeu des élections, il est clair qu’on ne fera que légitimer leur victoire. Au lendemain du scrutin, quand Harper appliquera son programme anti-populaire, ces groupes seront bien mal placés pour dire qu’ils n’ont «jamais voté pour ça». Le fait est qu’ils auront voté et ainsi légitimé un processus au terme duquel Harper pourra prétendre faire ce pourquoi une majorité – aussi courte soit-elle – l’a élu. Ce sera encore plus vrai s’il est minoritaire (ce que souhaitent d’ailleurs ouvertement les organisateurs de la manifestation), puisque ses mesures abjectes, il les fera passer avec l’appui au moins circonstanciel du… Bloc québécois!

Bref, en participant aux élections, on se fait avoir sur toute la ligne! Ceux qui avaient raison sont ceux et celles qui, ce dimanche, ont choisi de rester chez eux et de consacrer leurs énergies à préparer les prochaines batailles qu’il nous faudra livrer.