Le MER appelle à une journée d’action pancanadienne

À la mi-janvier, le Mouvement étudiant révolutionnaire, qui regroupe des militantes et militants communistes sur une quinzaine de campus en Ontario, au Québec, au Manitoba et en Saskatchewan, a lancé un appel audacieux à une journée d’action pancanadienne le 24 mars prochain en solidarité avec le mouvement «printemps 2015» contre l’austérité qui se dessine actuellement au Québec. Déjà, l’appel a été entendu à plusieurs endroits, avec la mise sur pied de comités de mobilisation locaux. Un vote favorable à la grève a même déjà été pris au campus centre-ville de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario à Oshawa, tandis que l’association étudiante du premier cycle de l’Université Trent (Peterborough) s’est prononcée en faveur de l’appel du MER.

L’objectif est qu’il y ait une variété d’actions le 24 mars, incluant bien sûr des grèves, mais aussi des manifestations, des occupations et d’autres actions de perturbation. L’appel lancé par le MER repose sur cinq grandes revendications non exclusives, mais autour desquelles le mouvement s’organisera:

  • L’abolition des frais de scolarité à tous les niveaux et l’annulation de toutes les dettes étudiantes.
  • Le libre accès à l’éducation postsecondaire pour tous et toutes.
  • L’éducation au service du peuple et non des profits des capitalistes.
  • L’accès à l’éducation postsecondaire pour tous les peuples autochtones et un volet anticolonial dans tous les programmes.
  • Le contrôle démocratique des institutions postsecondaires.

Que des actions soient organisées un peu partout au pays – et pas seulement qu’au Québec – et que cela se produise en-dehors de tout encadrement de la part des grandes organisations étudiantes bureaucratiques que sont la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, l’Alliance canadienne des associations étudiantes et au Québec, la FECQ et la FEUQ, constituerait une première dans l’histoire du mouvement étudiant canadien moderne. La chose sera également inédite en ce qu’il s’agira d’une première action coordonnée qui permette de faire le lien entre les diverses mesures d’austérité imposées par les gouvernements capitalistes à Ottawa et dans les provinces, plutôt que de cibler isolément tel ou tel gouvernement. C’est dire à quel point l’appel lancé par les camarades du MER est audacieux!

Mis sur pied à l’initiative du Parti communiste révolutionnaire, le MER s’inscrit, tout comme le Front féministe prolétarien et le Mouvement révolutionnaire ouvrier, dans un plan stratégique complet qui suppose la construction d’une série d’organisations militantes favorables au socialisme et à la révolution. Le MER se définit lui-même comme un mouvement «pancanadien, révolutionnaire, combatif, militant et anticapitaliste», guidé par les principes communistes. Il vise stratégiquement à organiser les étudiantes et étudiants du prolétariat et se place au service du mouvement révolutionnaire de la classe ouvrière.

À l’occasion de sa quatrième conférence pancanadienne qui a eu lieu en novembre dernier à Québec, le MER a formalisé ses structures et son mode de fonctionnement, ce qui en fait désormais la plus importante organisation d’extrême-gauche en milieu étudiant, toutes tendances confondues.