Succès du troisième congrès révolutionnaire canadien à Vancouver

C’est avec humilité que le Parti communiste révolutionnaire (PCR-RCP) annonce le ralliement de militantes, militants, organisatrices et organisateurs du East Indian Defence Committee et du Mouvement étudiant révolutionnaire de Vancouver au terme d’un week-end d’intenses discussions et de débats sur la stratégie révolutionnaire nécessaire à la réalisation de la révolution socialiste au Canada.

La tenue du 3e Congrès révolutionnaire canadien (CRC) les 17 et 18 mai derniers à Vancouver représente un tournant pour notre jeune parti marxiste-léniniste-maoïste: nul doute que la mise sur pied d’un comité d’organisation sur la côte ouest renforcera l’influence et le travail des sympathisantes et sympathisants du PCR à l’extérieur du Québec et de l’Ontario. Le comité d’organisation du PCR, nouvellement créé, regroupe des militantes et militants aguerriEs provenant du East Indian Defence Committee, qui amènent avec elles et eux des années d’expérience et de combat pour la cause de la classe ouvrière – notamment dans la défense physique et morale de leur communauté à Surrey, en Colombie-Britannique, contre la violence raciste et les attaques fascistes auxquelles les migrantes et migrants d’Asie du Sud ont fait face dans les années 1970 et 1980 – et de jeunes communistes désireux de propager le communisme révolutionnaire dans leur milieu et les mouvements de masse progressistes en Colombie-Britannique.

Le 3e Congrès révolutionnaire canadien s’est ouvert par un hommage aux prisonnières et prisonniers politiques et aux martyrs de la révolution au Canada et à l’étranger, en reconnaissance des immenses sacrifices qu’ils et elles ont consentis pour poursuivre leur action politique au cœur de la lutte de classes. Plus particulièrement, le congrès a vigoureusement condamné le kidnapping par les forces de police indiennes du professeur de l’Université de Delhi et secrétaire du Front démocratique révolutionnaire de l’Inde, le Dr G.N. Saibaba, et exigé sa libération sans condition et en toute sécurité.

Au cours du week-end, le PCR a présenté son point de vue sur la crise économique, politique et sociale qui secoue actuellement le système capitaliste mondial et sur l’histoire du mouvement communiste canadien. Le parti a également livré son appréciation du mouvement communiste international et présenté la façon dont il conçoit le rassemblement des forces maoïstes. Les participantes et participants à la conférence ont par ailleurs eu des échanges animés à propos des stratégies et perspectives proposées par le PCR pour aller de l’avant vers la révolution.

Dans un contexte où les organisations prolétariennes et populaires traditionnelles sont affaiblies au possible – que ce soit en raison des tendances opportunistes qui sévissent dans les syndicats, qui ont renoncé à se battre pour les intérêts des travailleurs et travailleuses les plus exploitéEs, ou parce que les partis «communistes» dominants se sont englués dans le parlementarisme bourgeois et le révisionnisme au point où ils ne peuvent plus être considérés comme des organisations de combat – le 3e Congrès révolutionnaire canadien marque une rupture avec ces tendances sclérosées et destructrices. La stratégie générale de guerre populaire prolongée soutenue par le PCR en appelle à l’unité révolutionnaire des groupes et collectifs d’extrême-gauche, anticapitalistes, anti-impérialistes et révolutionnaires. Cette stratégie audacieuse permet aux nouvelles formes de luttes prolétariennes, qui émergent déjà dans les divers mouvements et courants anticapitalistes militants à travers le monde, de se développer et de renforcer le camp de la révolution.

La construction d’une grande alliance stratégique entre la révolution socialiste et les luttes de libération nationale révolutionnaires des peuples autochtones est au cœur de cette stratégie et elle doit imprégner toute pratique révolutionnaire. Ni soumission des uns aux autres, et encore moins condescendance relevant d’un humanisme de pacotille, cette alliance ne peut être basée que sur un processus de lutte-unité-transformation visant à abolir notre ennemi commun: l’État canadien impérialiste.

Le 3e CRC appelle à amorcer le processus visant à forger cette alliance stratégique avec les luttes autochtones pour la destruction totale de l’État canadien tel que nous le connaissons. En appelant à l’unité, le PCR reconnaît qu’elle ne peut être réalisée simplement à partir de considérations idéologiques: elle requiert une volonté commune et résolue d’accumuler une expérience de combat dans la lutte révolutionnaire. Pour citer un passage du document principal du 3e CRC: «Bien qu’être partout où les luttes se mènent est nécessaire pour être constamment en lien avec le prolétariat, nous ne devons pas oublier que la tâche de former le mouvement de la guerre populaire ne doit pas être laissée aux aléas des conditions externes: au contraire, former le mouvement repose pour l’essentiel sur notre propre activité en tant que révolutionnaires, donc notre habileté à joindre le dire et le faire, le subjectif et l’objectif, le court terme et le long terme. Bref, de saisir le concret du concret

Le 3e Congrès révolutionnaire canadien s’est terminé alors que les participantes et participants ont entonné le chant de L’Internationale, après l’adoption unanime de huit propositions qui guideront notre travail et notre activité dans les mois et les années à venir:

1. Un engagement à soutenir le marxisme-léninisme-maoïsme et la voie stratégique de la guerre populaire.

2. La formation de comités d’organisation du PCR.

3. La lutte pour unifier la propagande communiste à l’échelle pancanadienne.

4. Le déploiement d’un travail de masse basé sur la ligne de masse et le style de travail maoïste.

5. La poursuite de la construction, la consolidation et l’expansion des mouvements générés par le parti.

6. Saisir les opportunités de construire les embryons d’une grande alliance révolutionnaires avec les Premières nations.

7. Faire de l’année 2015 un moment charnière dans le rayonnement de la propagande communiste et le déploiement de l’action révolutionnaire de masse.

8. Solidarité avec l’ensemble des prisonnières et prisonniers politiques, démocratiques, progressistes et révolutionnaires qui subissent les attaques des impérialistes et de la bourgeoisie pour avoir courageusement soutenu les luttes et révolutions populaires. Plus particulièrement, le 3e Congrès révolutionnaire canadien condamne le kidnapping du Dr G.N. Saibaba et exige sa libération immédiate et inconditionnelle, appelle à l’expansion de la campagne internationale contre la guerre anti-populaire en Inde dans l’ensemble du pays et appuie les efforts qui ont déjà été entrepris pour établir le Secours rouge comme organisation de masse de défense du droit de se révolter et de faire la révolution et de celles et ceux qui l’exercent en pratique.

Le PCR salue chaleureusement les communistes révolutionnaires de la côte Ouest qui ont osé s’emparer du marxisme-léninisme-maoïsme et s’unir pour bâtir le parti et le mouvement révolutionnaire dont nous avons besoin pour renverser le système capitaliste pourri et ouvrir la voie au socialisme et au communisme.