Nous ne voterons pas pour eux… NI POUR ELLES!

La libération des femmes exige de lutter classe contre classe:

Aucune légitimité aux élections bourgeoises!

Alors que s’amorce une nouvelle campagne électorale, le Parti québécois actuellement au pouvoir veut utiliser le 8 mars pour mettre en valeur ses nouvelles candidatures «féminines».

Le PQ tente de miser sur une quantité appréciable de candidates, en plus de la première ministre. À première vue, on pourrait y voir une bonne nouvelle pour les femmes… du moins pour une faible portion d’entre elles. Car en y regardant de plus près, qu’elles soient ou non portées par des femmes, les vieilles idées de ce parti sont en phase avec les attentes de la bourgeoisie, particulièrement sa frange nationaliste. Et elles ne changeront pas.

L’opération charme du PQ envers les femmes n’a rien à voir avec la volonté d’améliorer nos conditions. Si c’était le cas, il offrirait l’accès gratuit aux garderies. Il baisserait les tarifs d’Hydro. Il améliorerait le régime d’aide sociale. Il généraliserait la gratuité scolaire. Et surtout, il mettrait en place des mesures contre le racisme et la discrimination en emploi pour les femmes immigrantes. C’est tout le contraire qu’il a fait et qu’il promet au cours des semaines et mois à venir.

Les enjeux de cette élection seront, encore une fois, les enjeux que souhaite défendre la classe des capitalistes, qu’elle soit dans l’élite nationaliste du PQ ou chez les autres partis. Les exemples récents sont autant d’attaques contre les femmes immigrantes ou les travailleuses, alors que les plus privilégiées sont épargnées. Les coupures de la ministre Maltais dans l’aide sociale; le projet de charte qui s’attaque aux plus vulnérables parmi elles en les excluant de l’emploi; la hausse des frais de garderie, la hausse des tarifs d’Hydro; la priorité aux minières sans égard aux revendications territoriales autochtones; cela fait 100 ans que cela dure, cela fait 100 ans que deux classes s’affrontent; et cela fait 100 ans que la plus riche est au pouvoir! Pourquoi voter pour eux?

Le PQ veut faire taire les femmes les plus précarisées, avec des candidatures féminines qui défendront son programme antipopulaire.

Il utilise ses candidates…

  • pour mieux faire taire celles qui parmi nous veulent exprimer leur colère devant des politiques identitaires qui excluent les dizaines de milliers d’immigrantes et de néo-québécoises de toutes les religions;
  • pour mieux faire taire celles qui sont tannées des hausses de coûts mais des coupures dans les services, tannées qu’on donne une hausse symbolique du salaire minimum d’une main, pour aussitôt annoncer des hausses de toutes sortes de l’autre;
  • pour mieux faire taire les étudiantes qui se sont battues avec leurs compagnons de lutte contre une hausse des frais de scolarité;
  • pour mieux faire taire toutes celles, exploitées, pauvres, discriminées, travailleuses à faibles revenus qui aspirent à bien plus qu’un changement cosmétique de gouvernement;
  • pour mieux faire taire celles qui veulent démasquer l’immense vide de perspectives qu’on devine derrière le cirque électoral.

Comme c’est souvent le cas, les illusions qu’on nous assène à tous les jours finissent par masquer les faits et la réalité. Rien n’a changé dans les politiques du gouvernement avec l’arrivée du PQ.

Nous appelons les femmes à refuser une fois de plus de se prêter à la mise en scène électorale de la bourgeoisie et particulièrement aujourd’hui, à celle du PQ avec sa brochette de candidatures féminines, qui ne font que masquer les mêmes vieilles politiques confuses et surtout, qui ne nous représentent en rien, nous qui sommes travailleuses à bas salaires, ou sans emploi, migrantes, Autochtones ou nées ici…

Nous continuerons à boycotter les élections et appelons toutes les femmes prolétaires à refuser de participer au cirque électoral.

Construisons plutôt notre propre mouvement,
Mettons de l’avant nos revendications,
Dénonçons les politiques anti-populaires des partis électoraux!

* * *

SOIRÉE PUBLIQUE

NON À LEURS ÉLECTIONS!

Présentation et discussion
Pour un programme de libération des femmes

Mercredi 19 mars, 19h
Maison Norman Bethune, 1918, rue Frontenac, Montréal

Une invitation du Front féministe prolétarien de Montréal
Info: ledrapeaurouge@yahoo.ca