Il y aura des assemblées générales à l’Université d’Ottawa

Lors d’un deuxième référendum tenu le 4 février dernier, une forte majorité d’étudiantes et d’étudiants a finalement décidé qu’il y aura désormais des assemblées générales décisionnelles à l’Université d’Ottawa. Cette fois-ci, le quorum a été largement dépassé et l’assemblée générale devient officiellement l’instance suprême de la fédération étudiante. La proposition d’autoriser la tenue d’assemblées générales […]

Lors d’un deuxième référendum tenu le 4 février dernier, une forte majorité d’étudiantes et d’étudiants a finalement décidé qu’il y aura désormais des assemblées générales décisionnelles à l’Université d’Ottawa. Cette fois-ci, le quorum a été largement dépassé et l’assemblée générale devient officiellement l’instance suprême de la fédération étudiante.

La proposition d’autoriser la tenue d’assemblées générales décisionnelles a d’abord été lancée à la rentrée d’automne par l’Association des étudiantes et étudiants marxistes (désormais connue sous le nom du Mouvement étudiant révolutionnaire). Elle s’inspirait de l’expérience du mouvement étudiant québécois, qui a maintes fois démontré l’utilité de ce mode d’organisation pour favoriser l’émergence d’un courant de classe et de combat. L’assemblée générale permet en outre un meilleur contrôle du processus décisionnel par les étudiantes et étudiants à la base, plutôt que de réserver le pouvoir à une poignée d’exécutantes et d’exécutants.

Après avoir lancé une pétition dont le nombre de signataires a forcé la tenue d’un référendum, un premier scrutin a eu lieu à la fin novembre. Une majorité de votantes et votants s’était exprimée en faveur de la proposition, mais le taux de participation avait été insuffisant pour que la décision soit jugée valide. Cette fois-ci toutefois, le quorum a largement été dépassé. L’Université d’Ottawa devient donc l’une des rares institutions universitaires en Ontario où l’association étudiante est soumise à l’autorité de l’assemblée générale.

Pour les camarades du Mouvement étudiant révolutionnaire, la tenue d’assemblées générales décisionnelles favorise la construction d’un nouveau mouvement étudiant, qui dépasse les limites du syndicalisme étudiant. D’après le MER, « un des enjeux de la période actuelle est justement la reprise en main par les étudiants et étudiantes de la lutte idéologique, politique, pratique qui permettra l’émergence d’une orientation politique révolutionnaire et prolétarienne chez les étudiants et étudiantes ». Les camarades comptent donc saisir cette nouvelle opportunité pour mettre de l’avant le point de vue prolétarien sur toutes les questions auxquelles les étudiantes et étudiants sont confrontées.