Un premier signe d’hésitation de la part d’Immigration Canada

La lutte se poursuit pour faire lever l’avis d’interdiction de territoire ordonné par Immigration Canada contre le militant Djaber Kalibi. Le camarade Djaber est un militant communiste d’origine iranienne, qui vit au Canada depuis maintenant huit ans avec sa conjointe et leurs deux filles.

En juillet dernier, alors qu’il revenait d’un séjour en France, les autorités lui ont confisqué son passeport et l’ont avisé qu’il était désormais interdit de territoire au Canada. Son «crime»? Avoir soutenu le renversement du régime islamiste il y a de ça une trentaine d’années, alors qu’il vivait en France. Un régime que le gouvernement canadien a toujours officiellement considéré comme un «État voyou» liberticide… Allez comprendre.

Comme l’a expliqué un militant du PCR lors de l’assemblée de solidarité organisée par ses supporters le 21 octobre dernier, «ce que le Canada ne tolère pas, vraisemblablement, c’est que Djaber n’est pas un opposant comme les autres: son engagement militant – d’abord contre la dictature du Chah, puis celle des ayatollahs – a toujours été motivé par la cause de la classe ouvrière et du socialisme».

Malgré la bonne couverture médiatique que l’affaire a obtenue et les nombreux appuis qui se sont manifestés, Immigration Canada n’a toujours pas expliqué en quoi la présence de Djaber menacerait la «sécurité» ou «l’intérêt national» du Canada. Le fait est que Djaber vit ici sans problème depuis huit ans, après avoir séjourné une vingtaine d’années en France, où il a obtenu la citoyenneté. Ceux et celles qui l’ont côtoyé depuis ce temps peuvent témoigner du fait qu’il ne représente aucune menace pour qui que ce soit.

Son audience devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, prévue le 29 octobre, a été reportée aux 21 et 22 janvier 2014. Il s’agit là d’une première victoire, à tout le moins d’un signe d’hésitation de la part du ministère de l’Immigration: il faut maintenant poursuivre et intensifier la mobilisation pour forcer le ministre Chris Alexander à annuler l’avis d’interdiction de territoire. Djaber et ses proches font preuve de beaucoup de courage dans toute cette histoire, et notre solidarité doit être à la hauteur!

Pour savoir comment l’appuyer et connaître les prochaines actions, visitez le site Web du comité de soutien.

Photo: collectif No Borders.