Luttons pour le maintien du programme pour les étudiantes et étudiants défavoriséEs à l’Université de Toronto!

Le Programme de l’année de transition («Transitional Year Programme» ou TYP) est unique à l’Université de Toronto. À une époque où les classes sont surchargées et la qualité de l’éducation en baisse, ce programme se distingue par le soutien accordé aux étudiantes et étudiants qui y sont inscrits. Ces dernières et derniers ont un profil bien différent des étudiantEs habituelLEs. Elles et ils proviennent d’horizons et d’origines variés et de milieux économiquement défavorisés. Ce n’est pas le genre d’étudiantes et d’étudiants que l’on retrouve habituellement dans une université aussi prestigieuse que celle-là. Leur sentiment d’appartenance au programme TYP est très profond.

L’administration universitaire veut démolir le bâtiment qui abrite le programme pour le remplacer par un nouveau pavillon qui accueillera la faculté de génie. Parallèlement, elle souhaite fusionner le programme TYP avec un autre programme, ce qui entraînerait une diminution du nombre de professeurEs et du personnel de soutien qui y sont affectés.

Le TYP est relativement autonome au sein de l’Université de Toronto. Certains finissants et finissantes poursuivent ensuite leurs études dans d’autres programmes, dont ceux d’études autochtones et d’études caribéennes ou encore, le programme d’étude en équité. Le programme fonctionne actuellement avec un maigre budget annuel de 1,5 millions de dollars; sa valeur est toutefois bien plus grande pour les étudiantes, étudiants et professeurEs qui y sont rattachés. Les étudiantes et étudiants comptent sur ce programme pour avoir accès à l’université; de leur côté, les membres du personnel apprécient la latitude qui leur est donnée d’offrir un encadrement individuel aux étudiantes et étudiants. Cela leur permet de connaître la situation personnelle et les conditions de vie des étudiantes et étudiants et d’adapter l’enseignement en fonction de leurs besoins. Ce type de soutien n’est simplement pas disponible dans les autres programmes offerts par l’Université de Toronto.

Les menaces au programme TYP participent à la détérioration de la qualité de l’éducation. Il est de plus en plus difficile pour les jeunes de la classe ouvrière de faire leur chemin à l’intérieur du système scolaire. Mais pourquoi donc la classe dominante resserre-t-elle son étau sur le système d’éducation? Simplement, pour maximiser ses profits. L’Université de Toronto est prête à investir pas moins de 300 millions de dollars pour sa faculté de génie, parce qu’elle sait que les futurs ingénieurs qu’elle formera seront aussi ses futurs donateurs. Des diplômés en génie, c’est plus payant que des diplômés en sciences humaines, c’est bien connu! L’université se fait complice des capitalistes qui veulent exploiter la jeunesse étudiante.

Même si les intentions de l’administration universitaire sont claires, il y en a qui continuent à penser qu’elle est «parlable» et de bonne foi. C’est nier le rôle fondamental de l’université, qui est former des gestionnaires obéissants et du personnel qui contribueront au maintien du système capitaliste.

Cependant, il y a une chose dont les capitalistes ne se rendent pas compte: c’est que plus ils attaquent les gens, plus ils augmentent le risque de faire face à la révolte populaire. Cette révolte, elle est en train de s’organiser à la suite de l’annonce du démantèlement du programme TYP. Les étudiantes, étudiants et défenseurs du programme organisent des collectes de fonds et mènent une campagne publique de sensibilisation pour s’y opposer. Une base d’appui assez large est en train de se constituer contre la cupidité de l’administration universitaire. Plusieurs ont compris que l’administration n’a pas vraiment à cœur les intérêts des étudiantes, étudiants et du personnel. Certains commencent aussi à se rendre compte qu’il faudra augmenter la pression pour gagner le combat. Les participantes et participants au programme TYP comptent se battre pour défendre son maintien au 49, rue St. George, l’autonomie de son cursus et l’intégrité de son corps professoral.

Les supporters du programme TYP ont la justice de leur côté. En revanche, l’université ne peut s’appuyer que sur son appât du gain. Arrêtons la machine à profit qu’est l’Université de Toronto! Appelons ses donateurs à arrêter de la financer jusqu’à ce que l’administration restaure le TYP!

Pour vous impliquer, communiquez avec le Mouvement étudiant révolutionnaire ou les supporters du programme.