Vancouver: Non à la répression politique!

Trois militants ont été agressés et arrêtés par la police le 31 août dernier alors qu’ils diffusaient le journal Fire This Time dans une station de métro de Vancouver. Cela, en dépit du fait que le règlement même de la société de transport autorise «la distribution de matériel imprimé à des fins non-commerciales» à l’intérieur de ses installations.

Cela faisait déjà une heure qu’ils distribuaient le journal quand deux agents de la société de transport leur ont demandé de quitter les lieux. Les militants ont refusé d’obtempérer en rappelant aux agents que le règlement les autorisait à diffuser. Une dizaine de flics de la GRC ont alors été appelés en renfort et ont procédé à leur arrestation. Les flics ont également saisi les 150 exemplaires restants et effacé la vidéo qu’un des diffuseurs avait filmée de leur intervention à l’aide de son téléphone cellulaire. Heureusement, plusieurs témoins ont filmé la scène, qui est désormais accessible sur le Web.

Le 7 septembre, près de 75 personnes ont participé à un forum public pour condamner la répression politique. L’Association pour les libertés civiles de Colombie-Britannique a notamment demandé la tenue d’une enquête afin de savoir pourquoi les agents du métro et de la GRC ont fait fi de la liberté d’expression. Entre-temps, les militantes et militants de Fire This Time ont repris la diffusion dans les stations de métro.

Fire This Time se présente comme «un mouvement pour la justice sociale», créé en 2003 à la suite d’une scission au sein du Anti-Poverty Committee. Il publie et distribue un journal mensuel à grand tirage, qui promeut les luttes sociales et la solidarité internationale.

Comme journal de masse visant à promouvoir le communisme et la révolution, il va sans dire que Partisan dénonce la répression politique dont ces militants ont été victimes et leur offre toute sa solidarité.

Pour plus d’information sur la lutte contre la répression politique à Vancouver: http://stoppoliceassault.com.