Construire le parti, battre les idées bourgeoises, préparer la révolution !

«Révolution, la seule solution !» C’est derrière ce cri de ralliement et au son de l’hymne révolutionnaire L’Internationale que s’est conclu le premier congrès du Parti communiste révolutionnaire (comités d’organisation), dont la première session s’est tenue à Montréal cet été en présence de camarades, membres, sympathisantEs et amiEs. Bien plus qu’un souhait, cet appel à […]

«Révolution, la seule solution !» C’est derrière ce cri de ralliement et au son de l’hymne révolutionnaire L’Internationale que s’est conclu le premier congrès du Parti communiste révolutionnaire (comités d’organisation), dont la première session s’est tenue à Montréal cet été en présence de camarades, membres, sympathisantEs et amiEs. Bien plus qu’un souhait, cet appel à la révolution est devenu lors du congrès un objectif précis, un mot d’ordre unifié, un plan d’action concret. Avec l’adoption du premier programme du PCR(co) et d’un plan d’implantation détaillé et enthousiasmant, les militants et militantes se sont résolument engagés envers le développement du parti et de la révolution au Canada.

Il y a plus de deux ans, une première conférence réunissant des travailleuses, des travailleurs et militantEs de tous âges et de plusieurs régions du Canada avait adopté un projet de programme et mis sur pied le Parti communiste révolutionnaire (comités d’organisation), qui se voulait la première étape d’organisation avant de fonder le parti. En prenant ces décisions, les participantEs reconnaissaient alors la nécessité de construire un parti communiste révolutionnaire s’appuyant sur le marxisme-léninisme-maoïsme. Pour fonder un tel parti, l’organisation devait unifier les éléments les plus déterminéEs et les plus conscients – en un mot, l’avant-garde – au sein du prolétariat et des milieux militants, pour prendre en main la lutte à long terme contre la bourgeoisie capitaliste, renverser son pouvoir et le remettre enfin aux travailleursSES, employéEs, autochtones, jeunes, femmes et immigrantEs exploitéEs par le capitalisme – bref, à cette vaste majorité prolétarienne qui compose le Canada.

Le programme, un guide pour l’action révolutionnaire

Le premier congrès tenu cet été est la suite de cette démarche. C’est avec enthousiasme qu’il a conclu deux sessions de travail importantes. La première session a adopté le premier programme officiel du PCR(co), résultat de plus de deux ans de réflexions, de contributions et de débats politiques. Elle a réaffirmé sa stratégie révolutionnaire et les positions déjà présentes dans le projet, mais a aussi ajouté trois sections importantes :

  • Un chapitre expliquant la ligne idéologique sur laquelle s’appuie le PCR(co), ses origines et sa signification.
  • Une nouvelle section décrivant les mesures et les tâches que le prolétariat révolutionnaire devra mettre en place et réaliser après avoir conquis le pouvoir politique. Loin des promesses électorales bidon que font les partis bourgeois, c’est la description des mesures concrètes qui permettront vraiment de détruire en le transformant, le mode de production capitaliste pour préparer le passage au communisme et révolutionner les rapports sociaux qui existent aujourd’hui entre les classes, entre les hommes et les femmes, entre la ville et la campagne, et même avec les autres pays.
  • Une nouvelle section sur les revendications immédiates pour lesquelles nous devons lutter dès aujourd’hui. Ces revendications sont celles qui contribuent à unifier le prolétariat autour des intérêts des plus exploitéEs, à démasquer et isoler l’État bourgeois et à séparer clairement les deux camps du prolétariat et de la bourgeoisie.

Un nouveau chapitre a également vu le jour pour illustrer par les faits, tous les dommages que causent les capitalistes et leur système, non seulement aux milliards d’êtres humains qui peuplent la terre, mais aussi à l’environnement et aux richesses naturelles.

Le congrès a par ailleurs défendu avec force le programme communiste sur les questions nationales au Canada. Il a réaffirmé de façon largement majoritaire l’objectif général pour nous prolétaires de se détacher du programme «national» de la bourgeoisie (tant au Canada qu’au Québec) et de mettre de l’avant un programme qui lutte contre les divisions nationales et pour l’unité du prolétariat à travers tout le pays. Rien, absolument rien dans le projet d’indépendance du Québec, ne peut offrir quelque espoir que ce soit d’émancipation et de libération pour la classe ouvrière. Seule une lutte sans compromis contre toutes les formes d’oppression nationale, pour le droit à l’autodétermination des nations autochtones et pour l’égalité absolue des langues et des nations, pourra solutionner l’impasse créée par les différents secteurs de la bourgeoisie sur cette question.

Dans la lutte contre l’oppression des femmes, un nouveau chapitre défendant la nécessité de construire le mouvement des femmes du prolétariat a été abondamment discuté. Cette perspective essentielle a largement rallié les congressistes, particulièrement quant aux deux aspects suivants :

  • développer le programme communiste de libération des femmes en luttant dès aujourd’hui pour les revendications immédiates qui touchent leurs droits et contre toute forme de sexisme et de chauvinisme, y compris au sein du prolétariat ;
  • encourager de façon spécifique le ralliement au parti et la capacité de direction des femmes du prolétariat par l’éducation et la propagande, pour qu’elles rejoignent le camp de la révolution socialiste.

Bien que le congrès ait choisi de publier le programme avec le chapitre traitant de la question femmes tel que proposé, celui-ci continuera à être débattu à l’interne au cours de l’année qui vient, afin de le clarifier et d’unifier les différentes conceptions débattues lors du congrès, particulièrement sur la question du patriarcat. Une nouvelle version du chapitre devra être définitivement adoptée d’ici un an.

Le programme du PCR(co) est disponible auprès des diffuseurs et diffuseuses de la revue Arsenal ou en écrivant par la poste à l’adresse indiquée ci-contre. Il est également disponible intégralement sur le tout nouveau site Web du PCR(co): www.pcr-rcp.ca.

La lutte pour une nouvelle Internationale communiste

Au terme de la première partie du congrès, les camarades ont également adopté une résolution sur le mouvement communiste international affirmant entre autres :

  • un soutien et un salut enthousiastes aux camarades du Parti communiste du Népal (maoïste) qui mènent la guerre populaire contre la monarchie réactionnaire dans leur pays et qui bâtissent aujourd’hui une forteresse rouge dans cette région de l’Asie ;
  • notre solidarité avec les autres partis maoïstes au Pérou, aux Philippines, en Inde, au Bangladesh, au Bhoutan, en Turquie, en Iran et en Afghanistan ;
  • un salut aux organisations maoïstes qui mènent la lutte au cœur même des pays impérialistes, notamment en Italie, en Espagne et aux États-Unis ;
  • un soutien aux efforts du Mouvement révolutionnaire internationaliste (MRI) visant à défendre le marxisme-léninisme-maoïsme, à construire de nouveaux partis maoïstes, à appuyer et développer la guerre populaire prolongée et la révolution mondiale et à construire une nouvelle Internationale communiste ;
  • un engagement à travailler à la progression de l’unité idéologique et politique des forces maoïstes en avançant sur la voie de la guerre populaire. Le Comité central du PCR(co) entreprendra ainsi des démarches en vue de pouvoir éventuellement joindre les rangs du MRI.

Remporter la victoire contre les idées bourgeoises !

Le premier congrès du PCR(co) a mis en place les conditions qui rendront possible le ralliement des forces révolutionnaires au Canada. Il l’a fait d’abord en adoptant un programme communiste révolutionnaire. MuniEs de ce programme, les camarades du PCR(co) doivent maintenant rallier les hommes et les femmes les plus déterminéEs et résoluEs à détruire le capitalisme et à transformer de façon révolutionnaire la société canadienne en direction du communisme. Agir pleinement comme un parti, dans le but de gagner la création du parti ! Tel a été l’esprit dans lequel les déléguéEs ont travaillé lors de la deuxième session du congrès, pour adopter un premier plan d’implantation précis avec différents échéanciers pour les trois prochaines années.

Pour y arriver, il faudra entre autres remporter la victoire contre les idées bourgeoises, c’est-à-dire contre la propagande que la bourgeoisie nous impose : cette propagande qui remplit les journaux, la télé, la radio et qui veut nous convaincre par exemple : que les élections sont le nec-plus-ultra de la démocratie, alors qu’elles sont une farce où tous les joueurs cherchent à ramener opposition et résistance dans la sphère légale et parlementaire bourgeoise ; qu’il faut prôner la paix sociale plutôt que la réelle participation des masses par les luttes ; ou encore, que l’État actuel est un «arbitre neutre» qui peut concilier les intérêts des riches et des pauvres ; bref, il faut combattre sans relâche ces idées qui aliènent notre liberté de pensée, mènent à des attitudes fatalistes et à l’impuissance. Il faut les combattre par l’agitation et la propagande prolétarienne révolutionnaire. Il nous faut convaincre mais surtout, répandre et diffuser les idées révolutionnaires, les idées anti-capitalistes et démontrer que la révolution, c’est beaucoup plus puissant que la simple résistance !

Le PCR(co) soutiendra donc toute initiative visant à porter la propagande révolutionnaire dans les masses. Il lancera également trois nouveaux outils d’agitation et de propagande communistes. La revue Arsenal, que vous tenez entre vos mains, paraîtra au minimum quatre fois par année. Le PCR(co) y fera connaître ses positions, mais cherchera également à faire avancer l’analyse et la compréhension des conditions de la lutte révolutionnaire dans le contexte du Canada, de même qu’à éduquer au marxisme-léninisme-maoïsme. Enfin, Arsenal servira à mener la lutte idéologique contre les points de vue anti-marxistes, à répercuter les débats et les analyses du mouvement communiste international et à populariser les avancées du combat révolutionnaire qui se déroule ailleurs dans le monde.

Dans le même esprit, le PCR(co) s’est doté d’une feuille d’agitation intitulée S’Unir et Combattre ! qui sera diffusée le plus activement et le plus largement possible dans les usines, quartiers, écoles, bref dans tous les lieux susceptibles de rejoindre le prolétariat. Des versions avec un contenu régional circuleront également. Cette feuille d’agitation bilingue servira à unifier les campagnes politiques de masse dans un style accessible, clair, direct et vivant.

Enfin, le PCR(co), grâce à un nouveau bulletin appelé People’s War Digest publié en anglais, affirme sa volonté de rallier l’avant-garde révolutionnaire dans le reste du Canada. Ce bulletin sera destiné au développement dans toutes les régions du pays, avec un effort particulier pour faire pénétrer les idées communistes et révolutionnaires dans les milieux radicaux et révolutionnaires des nations autochtones du Canada.

Les déléguéEs ont également développé le plan d’implantation sur des questions telles que la formation d’une école de base, la tenue de deux débats théoriques importants sur l’expérience socialiste en URSS et sur la question des femmes, la lutte révolutionnaire, le développement régional, les relations internationales, etc.

Enfin, les déléguéEs ont adopté les premiers statuts du PCR(co) qui définissent les principes organisationnels de la vie interne de l’organisation, des conditions d’adhésion et des instances démocratiques.

Le premier congrès du PCR(co) s’est conclu dans l’enthousiasme. Nous qui étions là, avons eu le sentiment partagé d’avoir participé à quelque chose d’important pour le développement futur de la révolution au Canada. Pour la première fois depuis 20 ans, un rassemblement significatif de communistes révolutionnaires s’est unifié autour d’un projet politique clair et sérieux, aux antipodes des vieux projets bourgeois, en plus de jeter les bases d’un parti voué à faire la révolution au Canada. Ce n’est pas rien et nous sommes convaincuEs que les mois et années à venir seront prometteuses pour le PCR(co) et pour l’avancement des luttes et de la révolution au pays.

Nous invitons tous ceux et toutes celles qui se reconnaissent dans cette volonté de lutte à nous contacter, à se procurer le programme du PCR(co), à lire ses publications et surtout, à s’organiser avec lui, et à rejoindre des camarades qui partagent une même vision de l’avenir : une vision où le capitalisme n’existera plus, et où les hommes, les femmes vivront dans une société fondée non pas sur le profit ou l’accumulation de richesses, mais plutôt sur le développement harmonieux des individus dans le respect de l’environnement, sur la satisfaction des besoins de tous et toutes et sur la fin de l’exploitation et de toutes les oppressions.

Vive le premier congrès du PCR(co) !
Rallions les forces révolutionnaires partout au pays !
Ensemble, nous ébranlerons la société bourgeoise !